Livraison Délai de livraison en temps réel : 31 minutes

À TABLE AU JAPON : BA.-BA POUR NE PAS METTRE LES PIEDS DANS LE PLAT

Terre de coutumes et de traditions, le Japon baigne dans une culture où la politesse et le respect des rituels sont primordiaux. Et manger à table n’échappe pas à la règle, bien au contraire !

Parmi ces nombreux codes parfois complexes à maîtriser, il existe quelques basiques qu’un « Gaikokujin » (étranger) se doit de connaître lorsqu’il est convié à la table d’un Japonais.

MERCI AU CUISINIER, AUX DIEUX ET AUX ANIMAUX

À l’instar de notre « bon appétit », « Itadakima-su » est un incontournable des débuts de repas au Japon. À prononcer en joignant les mains et en plaçant ses baguettes à l’horizontale.

Contrairement à l’expression française, il ne s’agit pas d’une formule de politesse adressée à son hôte. Pas directement du moins. Traduit par « je reçois humblement », « Itadakima-su » relève davantage du spirituel que de la bienséance : le convive se recentre sur lui-même et exprime sa gratitude envers le cuisinier, la nature et tout autre élément intervenu dans la conception du repas. Personne n’est oublié.

Après avoir mangé, le repas se conclue sur un « Gochisôssama deshita » particulièrement élogieux : cette formule de remerciement signifie littéralement « c’était un festin », tout simplement !

DES PLATS POUR TOUS MAIS CHACUN SON ASSIETTE !

Si le déjeuner prend souvent la forme d’un bento (sorte de lunch box) et d’aliments consommés rapidement sur le lieu de travail, le dîner est lui beaucoup plus respectueux des traditions.

Lors de ce repas, il est d’usage de disposer plusieurs plats communs au centre de la table et de les partager entre convives. Impossible de jalouser l’assiette du voisin…

De même, avant de boire, on attend que tous les invités soient servis et on se dit « kanpai » (santé) !

MANGER JUSQU’AU DERNIER GRAIN DE RIZ

Le respect des aliments est un élément primordial de la gastronomie japonaise. Si finir son plat constitue une forme de politesse très appréciée, il est toutefois très mal vu de trier ou de laisser de côté des aliments. En France aussi nous direz-vous…

De même, on évite d’ajouter de la sauce soja sur du riz blanc ou de mettre trop de wasabi sur les sushis et sashimis : très piquant, ce condiment japonais risquerait de masquer la saveur du poisson et d’offenser le chef, persuadé que sa cuisine ne mérite pas de disparaître dans l’assaisonnement.

Enfin, plus inhabituel pour nous, il est de bon ton de porter les plats à sa bouche et d’aspirer bruyamment sa soupe en signe de satisfaction.

Vous souhaitez expérimenter le savoir-vivre à la Japonaise ? Profitez de votre prochain passage chez SushiSoba pour vous essayer à ces quelques règles et rituels !

{IMAGE}

{NAME}

{ACCOMPAGNEMENTS}

{PRICE}

+ {QUANTITY} -